Contrats fédéraux en technologie de l'information
Les PME ne seraient plus exclues by Paul Gaboury, Le Droit
May 5, 2009

Les petites et moyennes entreprises de la région devraient pouvoir continuer à soumissionner pour les contrats des services professionnels en technologie de l'information du gouvernement fédéral.

Selon nos informations, le ministère des Travaux publics et services gouvernementaux auraient décidé de faire marche arrière à l'égard de son projet visant à regrouper tous les contrats en technologie de l'information, projet appelé GENS, dans le but de les offrir à un nombre restreint de compagnies multinationales, soit quatre contrats de 1 milliard $ par année, d'une durée de 20 ans, pour un total de 80 milliards $.

Même si le projet prévoit une rationalisation des 125 services en technologie de l'information de l'appareil fédéral, le gouvernement serait désormais ouvert à l'idée d'offrir un contrat important pour la création d'un réseau, mais auquel s'ajouteraient d'autres contrats pour tous les services professionnels, notamment les branchements, les bases de données et les réparations.

Ces contrats de services professionnels seraient désormais toujours disponibles aux PME non seulement dans la région d'Ottawa-Gatineau, mais aussi dans les autres régions du pays où le gouvernement fédéral a des bureaux.

Travaux publics et services gouvernementaux aurait donc depuis modifié ses intentions en tenant compte des préoccupations des PME. Les pressions des députés et des changements à la direction de TPSGC auraient mené, semble-t-il à ces changements, croit-on à Cabinet, un regroupement de plus de 200 PME offrant des services professionnels dans le secteur de la technologie de l'information de la région.

Confiance

«Nous n'avons encore rien vu d'écrit à ce sujet, mais c'est ce qu'on nous dit à Travaux publics. Pour l'instant, nous gardons confiance. Si c'est le cas, pour nous c'est clair que c'est un succès parce que le gouvernement prendrait alors le bon modèle» a fait valoir Serge Buy, un porte-parole de Cabinet.

Même si une rationalisation était nécessaire, croit-on à Cabinet, on craignait que le modèle proposé ne soit pas le bon compte tenu qu'il mettait en jeu des milliers d'emploi dans les PME. Il n'aurait pas permis d'atteindre les économies d'échelle en concentrant les services professionnels dans les mains de quelques multinationales.

Lors de la dernière campagne électorale, Cabinet avait d'ailleurs dénoncé le projet du gouvernement fédéral, en faisant valoir qu'il menaçait la survie de 200 entreprises comptant plus de 5000 employés dans la région de la Capitale nationale.

Plus récemment, les représentants de Cabinet avaient fait une intervention remarquée devant le comité des opérations gouvernementales, où ils étaient venus dénoncer le processus de consultations et l'absence d'un plan visant le projet que TPSGC souhaitait mettre de l'avant pour les contrats en TI.

Au moment d'écrice ces lignes, nous n'avons pu confirmer ces informations auprès de TPSGC.

La semaine dernière, Travaux publics et services gouvernementaux a annoncé qu'il allait continuer l'adjudication d'offres à commandes et d'ententes en matière d'approvisionnement de services d'aide temporaire à 125 fournisseurs qualifiés afin de répondre aux besoins des ministères et organismes situés dans la région de la Capitale nationale.